SCENARYO

relent infamie

IRONIE RELENT D'INFAMIE

Il était une fois, toi, Sanary

Et pourquoi pas Venise aussi ?

Un rêve qui rime avec infini

Sauf que là c'est vraiment fini

Je dois t'embêter tu as l'air si

Occupée... ennemie... amie ?

Marre d'inventer toujours des oui

Y'a des raisons dans la vie...

Sauf que là c'est vraiment fini


Je vais faire semblant aujourd'hui

Et sur mon visage je souris

Le sentiment d'être un pourri

Sauf que là c'est vraiment fini

Je danserai sur ma tombe oui

Comme tous ces fêlés sans génie

Putain elle est pas belle ma vie

Sauf que là c'est vraiment fini



Me foutre en l'air triste infamie

J'en serais mon Dieu presque ravi

Le suicide est mon ennemi

Sauf que là c'est vraiment fini

Alors tu vois je suis parti

J'ai pas fait trop de conneries

Ben voilà alors j'ai appris

Sauf que là c'est vraiment fini



Dormir sous un pont sans abri

Oui souviens-toi je te l'ai dit

Bel avenir d'un abruti

Sauf que là c'est vraiment fini

Les mots d'un blog que j'ai écrit

Resterons eux presque réussis

Mais moi non... je suis affaibli

Car là tu vois c'est bien fini



C'est le sort de mon ironie...