SCENARYO

les souvenirs vont partir

LES SOUVENIRS VONT PARTIR

 

Je me souviens de la solitude

De son immobilité et de ma fragilité

Je me souviens que je courais tout le temps

Après tout, après rien, même après le vent

Je me souviens de mes yeux pleurant et des siens aimant

Je me souviens du bruit de nos cœurs et du soleil levant

J’ai ne plus de raison d’aimer

Pas plus de déraison que de volonté

J’ai connu un arbre qui voulait devenir l’amour

J‘ai connu l’amour qui voulait s’entretenir avec toi

Je t’ai connu toi quand tu voulais fuir la mort

J’ai connu la mort quand elle voulait envahir ton corps

J’ai connu ton corps quand tu voulais jouir avec moi

Je me suis connu moi quand j’ai voulu partir un jour

 

Je me souviens des souvenirs impossibles, ceux qui riment avec demain

Je me souviens des funérailles sans larmes et de ceux dont je pleure encore

Je me souviens des guerres perdues et du sang rouge sur mes mains

Je me souviens des amours victimes d’être trop aimés, je sais, j’ai eu tort

 

Je me souviens de toi parce que tu ne m’as jamais aimé puisque j’étais mort

Je me souviens de ces musiques arabes, tendres et magiques, douceur d’antan

Je me souviens quand tu parlais dans le creux de ma vie pour être ma maîtresse

Je me souviens de ses secondes, de ses éternités qui jamais n’ont existés

Pourtant je ne suis plus ici, ni même là, et j’ai dans la bouche le goût du remord 

Pourtant elle est en moi tout comme je suis en elle, ainsi pour la nuit des temps

Pourtant chaque pas dans la terre me rapproche de mon univers fait de détresses

Pourtant tu devrais l’entendre ce son qui vient de l’écorce des forêts succombées

 

Je me souviens d’avoir vécu sur votre terre

Je me souviens mais je dois à présent me taire

Pourtant, non, je ne suis pas mort

Pourtant, oui, je vis ailleurs et encore